80 Notes de jaune de Vina Jackson

Publié le 28 Août 2013

80 Notes de jaune

80 notes de jaune 

 

de Vina Jackson

aux éditions Milady, Collection Romantica

 

Quatrième de couverture:

Enfermée dans une relation peu épanouissante, Summer trouve refuge dans la musique et joue Les Quatre Saisons de Vivaldi dans le métro londonien. Lorsque son violon est détruit, la jeune femme reçoit une offre étonnante: Dominik, séduisant professeur d’université à la sensualité débordante, se propose de lui offrir un nouveau violon en échange d’un concert privé. C’est le début d’une relation tumultueuse, placée sous le signe de la soumission. Summer a tôt fait de
découvrir de nouvelles formes de plaisir…

 

La chronique de Lisa McLivres:

 

ATTENTION ! CERTAINES SCENES PEUVENT CHOQUER. POUR UN PUBLIC ADULTE ET AVERTI

Je ne découvre que maintenant ce livre qui a fait couler beaucoup d’encre, d’abord parce qu’il est le premier roman à être sorti dans la collection Romantica chez Milady, et parce qu’on l’a souvent comparé à Cinquante Nuance de Grey et Dévoile moi. Ayant lu ces trois romans, je peux désormais dire qu’aucun des trois ne se ressemblent, et que 80 Notes de jaune est très éloigné des deux autres.

Force est de constaté que 80 Notes de jaune aborde plus franchement le thème du BDSM que d’autres romans ont essayé de le faire. Ce livre nous présente les codes, les règles  de ce milieu d’une façon très réaliste sans nous sentir intrusifs ni voyeurs. La qualité de la plume de ces deux auteurs, car ce livre a été écrit à quatre mains, nous envoûte et nous invite à une lecture très agréable et fluide malgré certaines scènes qui peuvent choquer certaines personnes.

L’histoire, c’est celle d’une jeune femme, Summer, violoniste émérite, qui va se laisser dériver par ses désirs, ses attentes et se laisser porter là où sa volonté lui permet d’aller. Nous avons donc ici une héroïne qui est tout sauf une vierge effarouchée et inexpérimentée et qui depuis toujours sent en elle des besoins sexuels différents des autres et en est pleinement consciente. Plus, elle l’assume totalement. Mais son caractère plutôt renfermé, sa dévotion à la musique et les partenaires peu enclins aux mêmes désirs qu’elle, vont faire que ce côté d’elle, cette partie d’elle qui contrôle son plaisir, ne s’épanouira pas. Mais petit à petit, elle va ouvrir la porte à ses désirs et sa rencontre avec Dominik va la révéler complètement.

Il convient, je pense, pour apprécier ce livre, d’arriver à se détacher totalement de l’histoire et des personnages. En partant du principe qu’il raconte un mode de vie, qui quoi qu’on en dise existe, avec des personnages consentants et même demandeurs, une justesse dans les mots et un style beaucoup moins cru qu’il n’y paraît, alors la lecture nous semble facile, agréable voire intéressante. Tous les préjugés et les opinions mis de côté, les pages se tournent rapidement et les scènes de sexe nous semblent justifiées à chaque fois sans être là pour combler un vide.

Les scènes de sexe justement, parlons-en. C’est avec  surprise que j’ai constaté que ces passages sont écrits avec beaucoup de justesse, sans une once de vulgarité et surtout sont très courts. Les actes décris sont toujours rapides, parfois seulement suggérés et même noyés dans la narration. Pourtant les soirées dans des clubs SM, d’échangisme, privées etc… abondent mais le récit s’attache plus à montrer les rapports de domination et de soumission dans son ensemble c’est-à-dire sans l’obligation de l’acte sexuel en lui-même. Il y a d’ailleurs quelques scènes que j’ai trouvé très belles par leur sensualité, notamment celles des concerts de violon privés (ou non !) que Summer offre à Dominik.

Maintenant ne nous leurrons pas, ce livre est hautement érotique donc l’utilisation de certains termes sont nécessaires à mon sens pour garder cette dimension. Encore une fois lorsque l’on est préparé à cette lecture et que l’on n’attend pas une romance telle qu’on peut la connaître, rien n’est choquant au niveau stylistique.

Ce qui m’amène au sujet crucial, qui a beaucoup fait pour l’impopularité de ce roman, c’est-à-dire de cautionner, de comprendre voire d’accepter les agissements des personnages et plus particulièrement de Summer, car ce sont surtout des lectrices qui sont visées par ce style de romans, et qui est en totale soumission et va jusqu’à des limites extrêmes. Peut-on lire un livre quand l’héroïne se présente comme la femme la plus soumise et pervertie de la Terre quand nous même ne le sommes pas ? Clairement… oui. C’est mon cas et, en laissant mes opinions au placard, j’ai même trouvé le comportement de Summer assez appréciable dans le sens où elle va au bout de ses désirs et reste en totale adéquation avec elle-même. Même si parfois son plaisir dépasse sa raison, elle se rend compte elle-même qu’elle est allée trop loin sans trop comprendre comment, uniquement dictée par ses besoins.

Le seul point négatif que je pourrais mentionner, c’est que malgré le thème de l’histoire je déplore quand même le manque de romance, mais aurait-elle eu vraiment sa place ici… Même si je trouve que le lien qui unit Summer et Dominik tellement empreint de respect mutuel (chacun est libre d’accepter ou non les exigences de l’autre, sans aucune menace) grandit tout au long de l’histoire et pourrait bien aboutir à de l’amour qui sûrement existe pour ceux qui évoluent dans ce milieu.

La suite, 80 Notes de bleu, qui sortira en août 2013 nous le dira…

 

coeurcoeurcoeurcoeur_clair

 

Rédigé par Lisa McLivres

Publié dans #Romances érotiques

Repost 0
Commenter cet article