Les Larmes rouges - Tome 1: Réminiscences de Georgia Caldera

Publié le 10 Juin 2014

LES LARMES ROUGES

 

TOME 1

 

RÉMINISCENCES

 

De Georgia Caldera

aux éditions J'ai Lu

 

Quatrième de couverture:

« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!

 

La chronique de Lisa McLivres

Lorsque vous avez un livre qui dort au fond de votre PAL, depuis une durée qu’il serait gênant de dévoiler ici, et que vous décidez de le sortir après avoir délicatement retiré la poussière qui le recouvre (ce n’est qu’une métaphore, n’allez pas imaginer que je laisse mes livres adorés prendre la poussière ou dans de mauvaises conditions !), c’est toujours avec beaucoup d’appréhension et d’excitation que vous vous plongez dedans.

Après avoir découvert la plume de Georgia Caldera avec son excellent Hors de portée, c’était presque une évidence pour moi de me plonger à nouveau dans son écriture. Et la lecture de Réminiscences, le premier tome de Les Larmes rouges a confirmé mon nouvel attrait pour cette auteure.

Dans la pure tradition des romans gothiques, Georgia Caldera nous offre une histoire où se mêlent le délicat et le macabre, la beauté et la monstruosité avec des décors et des personnages qui nous font frissonner d’horreur et de plaisir.

Nous faisons la connaissance de Cornélia dès les premières lignes du roman dans une situation des plus tragiques. Du haut d’un pont, sa vie ne tient plus qu’à un fil et a priori rien ne peut venir la dissuader de mener à bien son funeste projet. Mais un mystérieux inconnu sera là pour tout contrecarrer et lui faire découvrir l’impensable, le terrible secret qui plane sur elle.

L’histoire de Cornélia et d’Henri est de celles qu’on lit, pas de celles qu’on raconte. L’intrigue est si dense et si rythmée qu’il est impossible d’en parler sans en dire trop, sans gâcher le plaisir de découvrir au fur et à mesure tout le mystère qui la rend passionnante. C’est une chose que j’ai remarqué chez cette auteure, la lecture se fait sans temps morts si bien que lorsque vous avez atteint la moitié du livre, il s’y est passé déjà tant de choses que vous trépignez d’impatience de connaître la suite. Les pages se tournent frénétiquement et presque avec un petit pincement en approchant aussi rapidement de la fin qui nous fait autant envie qu’elle nous effraie.   

Ce premier tome est sans conteste celui de l’héroïne. Cornélia en est le personnage central et à travers elle, à travers ses rêves ou plutôt ses réminiscences, nous allons découvrir son histoire. Fragile émotionnellement, elle va devoir faire face à des situations qui m’ont glacé le sang ! Entre dégoût et fascination, on suit les événements comme un spectateur impuissant et horrifié et en même temps l’écriture est si fine, si raffinée en comparaison avec les faits, que l’on est hypnotisé par les mots et les sensations.  Elle découvrira bien des choses sur son passé qu’elle aurait préféré ne jamais connaître. Mais son destin est en marche et la peur n’y a pas sa place.

Mais Les Larmes rouges ne seraient pas ce qu’elles sont sans le charismatique Henri De Maltombes. Ce ténébreux et au combien énigmatique propriétaire du manoir de Rougemont nous captive instantanément. Il aura un rôle de protecteur et d’informateur pour Cornélia qui verra en lui son seul salut, sa seule possibilité de rester en vie. Encore une fois, l’ambiance gothique du roman nous propose un héros aussi sombre qu’attirant, qui, par sa simple présence, rend un endroit lugubre et poétique à la fois. On ne peut rester insensible à ce personnage qui nous subjugue par sa beauté froide et sa mélancolie. Maudit par sa condition et blessé par un amour d’antan non partagé, Henri découvrira que le temps peut parfois changer les choses mais également en rendre certaines immuables. Le lien qui va se créer entre Henri et Cornélia donne lieu à des scènes d’une forte émotion et qui vous coupent le souffle tant les mots utilisés évoquent à la perfection ce que le lecteur souhaite ressentir à ce moment-là.

Je finirai en ajoutant que la plume de l’auteure prend toute sa splendeur dans ses descriptions somptueuses. Tout y est : le château sorti des ténèbres, la chapelle lugubre et les scènes de banquets aussi terrifiantes que fascinantes. Aussi effroyables que puissent être certains passages, on y trouve toujours une touche de poésie, de sensualité et de beauté. Impossible de ne pas frissonner ou de se ronger les ongles d’angoisse, effet garanti !!

Je vous conseille ce magnifique roman, excitant, terrifiant et gothique à souhait ! Quant à moi je compte bien lire la suite très très prochainement...

 

 

Les Larmes rouges - Tome 1: Réminiscences de Georgia Caldera

Rédigé par Lisa McLivres

Publié dans #Romans fantastiques

Repost 0
Commenter cet article